Technique

Fabriquer du savon liquide avec un pain de savon solide

Récemment, j’ai voulu faire plaisir à mon presque préado de garçon vivant avec sa sœur et moi.

Pour ce faire, je lui ai acheté (roulement de tambour) un savon «pour hommes». Plus précisément, un pain de savon Dove.

L’objectif sous-jacent et (à peine) caché était aussi, je vous l’accorde, d’encourager avec douceur et joie ledit fiston à passer sous la douche Eh oui, je me suis laissée amadouer par le marketing, ou plutôt par le prix hyper doux de la vente de feu chez Jean Coutu.

C’est donc pleine d’entrain et de bonnes intentions que je présente la barre de savon à fiston qui daigne aller se savonner.

Échec!

Les effluves de bois de santal citronné au courant marin fleurant le mâle ne plaisent pas du tout à mon coco qui me claironne du haut de ses 9 ans :

Maman, je ne suis pas un monsieur, je suis un enfant!

rolledeyes

Bon c’est vrai. Pour un instant, j’avais oublié.

En attendant, fiston continue de se laver (parfois) avec du savon à la fraise et moi, je me retrouve avec du savon de monsieur. Ce n’est pas que je n’aime pas l’odeur de monsieur, mais je l’aime sur les monsieurs, pas sur moi.

Ne voulant pas jeter ce précieux, je me suis remémoré mes cours de chimie, ai sorti mon sarrau, mes béchers et mon masque dans le but de transformer cet or brut en or liquide : du savon à main liquide.

Pour ce faire, je me suis inspirée de cette recette.

Voici comment je m’y suis prise. Je ne garantis pas les résultats mais, chez moi, le produit final est assez convaincant!

Recette de savon à main liquide à base de savon solide

Ingrédients

  • 1 barre de savon.
  • 3 tasses d’eau.
  • Une cuiller à soupe d’un corps gras quelconque (huile de noix de coco, huile d’amande douce, huile d’olive…) pour rendre votre savon plus hydratant.

Mode de préparation pas du tout scientifique

  1. Mettre à chauffer l’eau dans un chaudron.
  2. Râper la barre de savon avec une râpe.
  3. Intégrer le savon râpé à l’eau chaude et faire fondre complètement.
  4. Un fois le tout fondu, ajouter le corps gras, hors du feu.
  5. Ajouter du colorant alimentaire si vous vous sentez funky 😉
  6. Laisser tiédir avant de transvider dans une bouteille à pompe.

Voici le résultat :

La quantité pour une barre de savon est de deux pompes de 500 ml, donc un litre de savon liquide.

Le mélange obtenu est toutefois assez liquide, mais ça fera le travail pour laver les petites mains au retour de l’école. Et, ainsi, tout le monde sentira le monsieur de manière égale 🙂

Si vous avez des suggestions pour rendre le mélange plus onctueux ou des idées pour améliorer le tout, je suis preneuse.

Conclusion : Le rendement peut être très intéressant si on opte pour l’achat de barres de savon en vente!

Peindre à l’aquarelle sur les pages d’un livre

Le livre est pour moi un objet presque sacré. C’est une oeuvre d’art en soi.

Auparavant, j’en ouvrais les pages soigneusement, sans les froisser… Je me retenais d’annoter et encore moins de surligner! (du fluo, sacrilège!). C’est ce qu’on apprend habituellement à l’école lorsqu’on est jeune : on doit respecter le livre, et je suis d’accord.

Cependant, depuis quelque temps, je m’accorde une nouvelle liberté. Je vois maintenant le livre comme un outil avec lequel j’interagis, avec qui je converse. J’écris, je note, je fais des liens, je dessine dans la marge (quand ce n’est pas un livre de la bibliothèque!). Je me donne la permission.

Lorsqu’un livre prend la poussière dans notre bibliothèque, on peut lui donner une seconde vie. Les romans, dictionnaires, atlas, livres pour enfants, ou même annuaires sont des matières à explorer.

Le livre comme support créatif

Armés de patience et de minutie, certains artistes découpent et sculptent carrément à même les livres.

Pour ma part, j’adore déchirer des pages de livres afin de les utiliser dans des collages. Les mots en transparence apportent une profondeur à une oeuvre et parfois, amènent un sens que l’on ne soupçonnait pas.

Aussi, peindre sur des pages procure un avantage à ne pas négliger : celui de ne pas faire face à une page blanche!

oiseau_sentinellecreative

(Dessin créé avec des crayons aquarellables Derwent Inktense et de l’acrylique, sans apprêt.)

Gesso ou non?

Lorsque l’on veut peindre sur des pages d’un beau vieux livre, on se bute parfois à la fragilité du papier. Le papier boit beaucoup l’eau. Afin d’apporter une durabilité plus grande et éviter l’effritement prématuré de la page de livre sur laquelle on peint, il est conseillé de lui appliquer une couche mince de gesso. Ci-dessous, j’ai tenté l’expérience avec du gesso transparent.

gessotransparent

J’ai également collé les feuilles du livre sur un carton épais avant de les peindre car si on peint sur la page seule, sans support, elle gondole.

AvecSansGessoTxT

dripping

 Mes constats

Avec du gesso transparent

  • Le gesso transparent apporte une texture granuleuse au papier, une adhérence. L’eau est absorbée moins rapidement, ce qui permet de jouer avec la peinture autrement. C’est une sensation spéciale de peindre à l’aquarelle sur ce type d’apprêt. On ne peut sûrement pas y faire toutes les techniques d’aquarelle classique et le mélange des couleurs se fait plus difficilement, mais le plaisir de la transparence est de la partie. Les couleurs semblent plus vibrantes, moins fades.

Sans gesso

  • Peindre sur la page directement, sans gesso, est très agréable, même si le papier que j’ai utilisé est beaucoup plus absorbant qu’un papier pour aquarelle. Cependant, ma page commence déjà à gondoler et à friser un peu, même si je l’ai collée à un carton épais. Il faut dire que les pages du livre que j’ai employé commencent à dater (1954)!

Compromis

  • J’ai recouvert une page de gesso transparent après l’avoir peinte. Résultat très intéressant et les couleurs ont tenu le coup. Reste qu’elles sont plus atténuées que lorsqu’on peint SUR le gesso.

N’hésitez pas à partager en commentaire vos expérimentations et vos impressions!

Liens inspirants

Greta Scholtz, artiste sculptant les livres

Sélection Pinterest

Utilisation des livres en art-thérapie (Douglas)

Comment préparer et utiliser un livre comme journal créatif (anglais)

Peindre sur des pages de livres (anglais)

Page Facebook Sentinelle créative

Vernis à ongles en folie!

J’adore Carla Sonheim, une artiste découverte tout d’abord par son livre « Drawing Lab for Mixed-Media Artists ». J’en parlais d’ailleurs dans cet article.

Je suis tombée par hasard sur son plus récent tutoriel (en anglais) : Marbrer du papier avec du vernis à ongles.

 

Je n’ai pas pu résister. J’avais tous les « ingrédients » en main pour faire la recette :

  • Du papier blanc épais, pour ma part du Fabriano 140 lbs pressé à chaud, coupé en carrés afin de pouvoir les plonger dans le bol.
  • Un bol rempli d’eau tiède.
  • Du vernis à ongles de différentes couleurs.
  • Un crayon à mine pour pouvoir créer les marbrures dans le vernis (étape non obligatoire).

Voici le résultat de mon expérimentation.


MarbreVernis2

MarbreVernis1

Mes constats :

  • C’est vraiment spécial de voir le vernis s’étendre et se disperser dans l’eau. J’aime beaucoup l’effet de surprise de ce projet. On ne contrôle pas le résultat!
  • Plus le vernis à ongles est liquide, mieux c’est. Le vernis épais, opaque ou avec des brillants peut rester en motte, ne s’étale pas sur la feuille. OU coule au fond du bol. Mais c’est intéressant d’essayer!
  • On doit travailler assez rapidement pour pouvoir faire des motifs dans le vernis avant qu’il ne sèche.
  • Le vernis à ongles transparent n’a pas donné de bons résultats. Il a séché trop vite en formant une pellicule plissée sur le carton.
  • Il est recommandé d’utiliser un bol qu’on n’aime pas trop. J’ai du laver le mien par la suite avec de l’acétone.
  • L’odeur du vernis dans une pièce fermée et chauffée peut créer des effets secondaires. Vous êtes averties!

On pourrait se servir de ces cartons aux marbrures colorées sur une carte de Noël, par exemple, ou dans un collage.

C’est à essayer!